La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

Installées depuis 2017 et inaugurées officiellement le 4 octobre 2019, deux boîtes à livres sont à la disposition de tous.

Une de ces deux boîtes à livres en particulier est un hommage à Jean Glénisson (1921-2010), enfant du pays et érudit, éditeur de textes, historien de l'administration médiévale, notamment pontificale, mais aussi de l'Aunis et de la Saintonge, il soutient également l'introduction des techniques de laboratoire et l'analyse par ordinateur pour l'étude du livre manuscrit.  (Wikipédia)

Galerie d'images

Hommage à Jean Glénisson le 4 octobre 2019

Jonzac et Jean Glénisson 

Chaque village, chaque commune connaît durant sa longue histoire son moment de fierté par la trajectoire d’un de ses habitants – ou natifs. Pons brandit son Emile Combes, Bobby Lapointe plane sur Pézenas comme Clemenceau et Jean de Lattre de Tassigny font la gloire du petit bled de Mouilleron-en-Pareds. Jonzac, cette charmante cité de Haute-Saintonge avec son château dominant la rivière, peut se féliciter d’avoir dans son intime panthéon un certain Jean Glénisson. C’est au registre des Lettres qu’il laisse son nom dans l’Histoire avec une formation à la faculté de Poitiers pour intégrer ensuite l’Ecole des Chartes dans les années 40. Jean Glénisson est devenu archiviste et historien. Il sera Membre de l’Ecole française de Rome puis chargé du Trésor des Chartes aux Archives nationales. Sa carrière l’emmène à Brazzaville comme à Sao Paulo en tant que professeur d’historiographie. Mais plutôt que de retracer un parcours – que d’autres personnes proches de Jean Glénisson feront mieux que moi -, je retiens une phrase de mes arrière-grands-parents à l’endroit de ce professeur que je ne connaissais pas encore : « Monsieur Glénisson, c’est un savant ». On n’utilise plus ce mot aujourd’hui mais il résume si bien l’admiration qu’il suscitait et qu’il suscite toujours à Jonzac et dans ses environs. Sa sympathie et son accessibilité ont renforcé ce lien. D’autant que Jean Glénisson a mis son talent au service de sa terre natale en écrivant sur l’Aunis et la Saintonge. Son engagement au sein de l’Académie de Saintonge et de l’Université d’été de Saintonge-Québec a familiarisé ce visage rieur aux yeux plissés avec ses contemporains. Dans les dernières années de sa vie, il était devenu « le petit père Glénisson » en raison de sa taille, inversement proportionnelle à son immense modestie et discrétion. En sus d’une carrière éminente, sa force fut d’être le grand-père que tout le monde avait envie d’avoir. Je le revois sur son lit de mort dans sa belle maison silencieuse et riche de livres, serein, tout autant que le chat, groggy, qui dormait sur son ventre. 

Jean-Charles Chapuzet  (historien, journaliste, écrivain et scénariste de bandes dessinées, né à Jonzac)

 

 -----------------------

 

Quand les boîtes à livres s’invitent dans les rues de Jonzac : une lecture vivante et accessible

A l’initiative de l’association « les Amis de Jonzac », deux boîtes à livres ont vu le jour dans le centre-ville.

La première boîte est installée sur la place du château. Impossible de la manquer :il s’agit d’un tonneau rouge «reconditionné» joliment décoré et nommé IVRE DE LIVRES.

Bibliothèque de rue ou boîte à lire, boîte à livres ou boîte à partage, au lecteur de choisir sa définition !

La seconde boîte est située au pied de la Porte de Ville .Elle a la forme d’un nichoir ou d’une petite maison sur le modèle de la « little free library ». Fabriquée spécialement par les services techniques de la Ville de Jonzac et magnifiquement décorée par deux artistes, Jacques Audebeau et Thierry Puythorac pour les pochoirs, ce lieu où s’échange la lecture est dédié à Jean Glénisson, chartiste et historien renommé, longtemps président de l’université d’été, né à Jonzac où il est inhumé. Elle a été baptisée NID DE LIVRES. Sur son toit,vous pouvez lire un écrit de Jean Glénisson  »De l’antiquaire à l’ordinateur ».

.Le principe de ces boîtes à livres est simple : vous empruntez un livre et vous en déposez un ; il s’agit d’échanger des livres de manière libre et gratuite ; pas d’inscription, ni d’engagement. Tout repose sur la confiance et pas d’horaires d’ouverture.

.L’idée plaît : faites circuler les livres en les libérant dans la nature pour qu’ils puissent être retrouvés par d’autres personnes qui les relâcheront à leur tour !

.La vie de la boîte à livres : elle est réussie si les habitants du  quartier et de la ville sont donateurs et deviennent acteurs.

Ne jetez pas vos livres qui dorment sur une étagère ou qui encombrent vos greniers. Déposez -les dans les boîtes à livres. Donnez-leur une  seconde vie, vous ferez des heureux.

Oui ça marche ! Nous sommes surpris par le nombre de personnes qui s’arrêtent pour regarder les nouveautés confiées à nos boîtes à livres.Les ouvrages tournent et les utilisateurs ne tarissent pas d’éloge sur cette initiative.

Il y en a pour tous les goûts : livres historiques, scientifiques, polars, revues périodiques, livres de cuisine, de voyages, pour la jeunesse…

Les membres de l’association Les Amis de Jonzac vérifient régulièrement l’état des boîtes à livres, leur propreté et la bonne circulation des livres.

Deux ans après l’installation,le retour est positif.le seul point négatif est la troisième boîte à livres de la place du marché qui s’est « envolée ». Il faut dire que nous l’avions appelée »l’oiseau lire ». Etait-ce prémonitoire ? L’association est prête à  en installer une autre avec l’accord de la municipalité.

Vie du quartier : un membre de l’association a fait un test. Resté un quart d’heure près de la boîte à livres, il a constaté que c’est un lieu de rencontres, d’échanges, de discussions et de découverte.

Pas de concurrence avec la médiathèque et les librairies : les bibliothèques de rue sont une offre complémentaire. Seulement 20 à 30% des habitants  s’abonnent à la médiathèque de leur ville alors qu’il y a beaucoup de livres stockés dans les maisons. Toutes les actions sont intéressantes pour encourager et favoriser le goût pour la lecture à tout âge.

Enjeu culturel important : en plaçant les livres dans les rues, l’accès à la lecture et donc à la culture est facilité.

Historique : en 2009 aux Etats-Unis, Bol Todd a imaginé la première boîte à livres, rendant ainsi hommage à sa mère institutrice, amoureuse des livres. L’idée a été une telle réussite qu’elle a remporté un succès planétaire (en 2018 on a recensé 75000 boîtes à livres dans 88 pays). Des boîtes à livres se multiplient dans les villes et les villages grâce à des bénévoles, aux municipalités et associations dont le Lion’s Club. En France, à Rennes plus exactement, Philippe Guichoux en a été le précurseur.

Par ces boîtes à livres, porteuses de connaissance et de fraternité, les Amis de Jonzac sont ravis de participer à l’animation du centre ville.

Josée Couprie (les Amis de Jonzac)